Programme et déroulement

Le programme des séances d’activités physiques adaptées a pour but de répondre aux objectifs fixés préalablement. Le travail durant les séances répond spécifiquement à la personne et à son état de santé (maladies ou handicaps).

A titre d’exemples, voici quelques activités physiques que l’on peut envisager, qui vous seront adaptées et non-exhaustives !

  • Gym douce : réveil articulaire et musculaire permettant de diminuer les douleurs et de renforcer les muscles en douceur. Idéal pour les personnes présentant des douleurs articulaires, les personnes âgées, ou les personnes sédentaires qui veulent reprendre en douceur.
  • Endurance : Il s’agit de travailler sur la dépense énergétique, mise en place d’exercices sous forme de circuit training par exemple, tout aussi efficaces mais plus distrayants que de simple séances de course.
  • Renforcement musculaire : exercices adaptés avec du petit matériel (ballons, haltères, élastiques, …) pour renforcer ses muscles en profondeur, redessiner son corps et rééquilibrer la posture.
  • Étirements : améliorer la posture, diminuer les douleurs et évacuer les tensions. Les séances de stretching permettent de gagner en mobilité et en amplitude générale.
  • Équilibre et coordination : Le développement des capacités proprioceptives a pour but de garder le corps dans un état constant d’équilibre que certaines maladies et les traitements peuvent perturber en induisant des étourdissements par exemple. Idéal pour les personnes (enfants/adultes/âgées) ayant des troubles de l’équilibre.
  • Marche douce/ marche active / marche nordique : Reprendre plaisir à marcher et apprendre à gérer sa respiration tout en atteignant vos objectifs (perte de poids, santé, amélioration de l’endurance…).
  • Prévention des chutes :exercices avec « balance » ou sans: travail d’équilibre, de renforcement musculaire ciblé, apprentissage du relevé en cas chute.
  • Travail de postures et gestes de la vie quotidienne : adaptés pour les personnes affectées par des troubles neurologiques par exemple.

DSC_1211 (2)Plus spécifiquement, l’idée est de maintenir et renforcer l’autonomie, mais aussi les capacités physiques de chacun. Faire sortir la personne du cercle vicieux fatigabilité-immobilité-déconditionnement à l’effort.

Il peut s’agir d’améliorer les capacités musculaires allié à un travail de respiration, combiner des exercices aérobies et de coordinations, travailler sur la dépense énergétique et l’endurance, développer et améliorer les capacités proprioceptives (équilibre), la mémorisation, améliorer la motricité, gagner en souplesse, mobilité et en amplitude générale.

Exemple : une personne touchée par Parkinson peut se voir proposer un travail davantage orienté sur l’amélioration des capacités cardiovasculaires, la lenteur et la rigidité dans le mouvement, la force, la vitesse de marche et la posture. Pour les femmes victimes d’un cancer du sein, nous pourrons travailler en partie sur la mobilité, l’amplitude des mouvements et la réduction de la rigidité.

Il est primordial de pratiquer une activité physique : elle permet de favoriser l’oxygénation des tissus, améliore la fonction cardiovasculaire et pulmonaire, les muscles, le squelette, le système nerveux, le cerveau et les supports de l’immunité…